17/01/2006

Les Satay's

Ces petites brochettes, vendues à tous les coins de rue, de Singapour à l’Indonésie en passant par la Malaisie jusqu’en Thaïlande, raviront tous ceux qui aiment grignoter des petits en-cas.  Les recettes pour la marinade et la sauce aux arachides varient d’une région à l’autre.  Le satay provient sans doute du kebab originaire du Moyen-Orient.  En effet, les Arabes, qui commerçaient autrefois avec la Malaisie, y ont aussi importé certaines de leurs coutumes alimentaires.  A Singapour et en Malaisie, les satay furent d’abords proposés par des marchands ambulants, qui finirent par installer des échoppes dans les rues.  Pour les découvrir, il suffit de se laisser guider par l’appétissant fumet qui se dégage du feu de bois.  On commande une première portion.  Pendant qu’on la déguste, le marchand continue la cuisson pour approvisionner son client au fur et à mesure (surtout s’il s’agit de Touta), ce qu’il fait d’ailleurs sans qu’on le lui demande.  Lorsque l’on est repu, il suffit de le faire savoir d’un signe de la main (ça m’est jamais arrivé).  Pour l’addition, le marchand compte simplement le nombre de bâtonnets vides (astuce : manger également les bâtonnets discrètement).  Il faut avoir observé la cuisson des brochettes : le marchand opère avec une rapidité incroyable, éventant avec une grande dextérité les flammes qui jaillissent lorsque l’huile tombe sur les braises. 

La journée des vendeurs de satay commence bien avant qu’ils n’aient ouvert leur échoppe et allumé le feu.  Ils doivent tout d’abord détailler la viande de bœuf, de mouton et les tripes en petits morceaux, désosser les volailles, puis les couper en dés.  Toutes ces viandes marinent pendant plusieurs heures dans un mélange épicé dont chaque vendeur a sa propre recette qu’il garde secrète.  Les brochettes elles-mêmes sont taillées dans la nervure médiane des palmes du cocotier (chez nous c’est en bambou).  La viande marinée est embrochée sur les bâtonnets, badigeonnée d’un mélange d’huile et de sucre, puis grillée.  Pendant toute la durée de la cuisson, les brochettes sont régulièrement badigeonnées du mélange pour éviter que la viande ne se dessèche, mais aussi pour glacer sa surface.  Les satay sont servis avec des ketupat (feuilles de cocotier farcies avec du riz) tandis qu’en Thaïlande, c’est avec des toasts, de la sauce ajaad (salade de concombre aigre doux), de l’oignon cru et une coupelle de la sauce aux arachides.  Aujourd’hui, on trouve même des satay aux scampis.  Les Chinois préparent aussi des satay au porc inspirés de la cuisine malaise (et peut-être même avec d’autre viande exotique…).

12:42 Écrit par Touta | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour, j'ai eu votre adresse sur le site mmmmh. J'aimerais m'inscrire au cours SUKOTHAI 3. Doit-on avoir suivi les cours 1 et 2 pour pouvoir suivre le 3? Merci d'avance

Écrit par : Hedwige | 17/01/2006

Merci pour votre visite Bonjour,
Il n'est pas nécessaire de suivre les cours qui précèdent l'autres. Chaque cour est indépendant. Il n'y a que des recettes qui changent. Alors au plaisir de vous voir.

Écrit par : Touta | 18/01/2006

Les commentaires sont fermés.