20/11/2005

Charybdis cruciata « pou kakanbaad »

Et pour conclure ce chapitre de crabe, je vais vous parler du « charybdis cruciata », comme son nom l’indique (crux signifie « croix » en latin), cette espèce possède une carapace sur laquelle une croix semble avoir été dessinée.  D’après la légende, le jésuite François-Xavier, venu prêcher la bonne parole au XVIe siècle, notamment à Goa en Inde, à Malacca en Malaisie et dans les Moluques en Indonésie, s’était un jour embarqué sur un voilier avec deux seigneurs portugais.  Un orage terrible éclata ; les deux compagnons de voyage du saint abandonnèrent tout espoir de survie.  Conservant son calme, François-Xavier saisit son crucifix et le plongea dans la mer.  L’orage s’arrêta brusquement, mais la croix lui glissa des mains et sombra dans les flots.  Le lendemain, les voyageurs accostaient sur l’île de Baramurah.  Alors que François-Xavier et ses compagnons longeaient la plage, un crabe sortit de l’eau, portant un crucifix entre ses pinces.  Il se dirigea vers le jésuite, qui tomba à genoux et reprit sa croit.  Le crabe disparut à nouveau dans l’océan.  Le père en joie baisa le crucifix et pria pendant une heure.  Depuis cette époque, ces crabes, que certains n’osent même pas manger, ont pris le nom de « crabes de Saint François-Xavier ».  On les trouve dans le détroit de Malacca.

C’est au mois de juin, période durant laquelle est fêté le saint, que les crabes sont les plus nombreux.  Les pêcheurs les rapportent chez eux, les empaillent pour les conserver ou les offrir en cadeau.  Et plus d’un enfant écoutera alors avec émotion l’histoire du crabe et de François-Xavier.

Moi, je veux bien les empailler si je peux d’abord en manger 









22:30 Écrit par Touta | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.