17/11/2005

Le CRABE "Pou" en Thaï

Alors que dans les pays occidentaux, les crabes sont souvent vendus décortiqués et la chair déjà duite, donc parfaitement méconnaissables (les distances étant beaucoup trop importantes pour permettre le transport des crustacés vivants) sur les marchés du Sud-est asiatique, ils sont proposés vivants avec les pinces attachées, ou cuits, entiers ou en morceaux. 

(Lorsque j’étais petit, j’adorais faire le marché, il y avait plein de choses à y goûter et notamment au coin des fruits de mers où ils vous font des petits plats sur place (rien que d’y penser ça me met l'eau à la bouche)     (‘ 0.’) ).

Lors de l’achat de crabes vivants, il faut privilégier les animaux dont les pinces et les pattes sont intactes.  Les grands crabes du Sri lanka, très charnus, sont les plus recherchés.  On déguste les crabes avec les doigts.  Dans les restaurants spécialisés, des pinces sont néanmoins mises à la disposition de convives ; les carapaces ont généralement été fendues avant la cuisson.

Si les crabes sont très frais, la manière la plus simple de les préparer est de les cuire à la vapeur.  Ils seront délicieux accompagnés d’une sauce au piment et au vinaigre.  On peut aussi les faire griller au feu de bois, les braiser dans une sauce piquante ou les incorporer à un curry (poo phad phon kali) le célèbre crabe sauté au curry.  En Thaïlande, on y trouve surtout le crabe bleu (Portunus pelagicus) ou appelé en thaï « pou ma » qui veut dire crabe cheval.  On utilise assez souvent le « pou kem » càd le crabe salé généralement capturé près des rizières qu’on rajoute dans le « som tam » salade de papaye verte ou bien le « pou nim » le crabe mou que l’on fait frire comme du tempura avec la carapace car elle est molle.  Demain je vous expliquerai les différentes espèces de crabe qu’on peut trouver là bas et peut-être même une recette (‘,’).






22:41 Écrit par Touta | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.